Archive for Autres produits

Les casques de chantier :

Comment bien se protéger ?

Choisir le casque de chantier adapté.
Identifier le risque : Chutes d’objets, heurts, risques combinés (antibruit et protection faciale).

Le casque de chantier a trois fonctions :

Anti-pénétration pour une protection efficace de la boîte crânienne.
Amortisseur grâce à la calotte et au harnais de fixation qui absorbent les chocs dus aux masses en mouvement.
Déflecteur grâce à une ergonomie appropriée qui permet de dévier la chute perpendiculaire d’un objet sur le sommet du crâne.

Il existe par ailleurs une sélection d’accessoires qui offre une protection faciale et auditive.

protection-crane-2-1

Illustration marquage casques :
marquage-casques

NOUVEAU SERVICE CHEZ CLIC EPI : PERSONNALISATION DE VOS CASQUES DE CHANTIER !
personnalisation-logo

Possibilité d’imprimer votre logo en 4 couleurs
Marquage possible avant et arrière
A partir de 40 pièces par couleur
Nous fournir votre logo vectorisé (format .eps, ai ou .pdf)
Et les couleurs pantone

Attention : les couleurs des logos peuvent subir de légers changements suivant la couleur des casques. Pour un rendu identique à votre logo, nous vous recommandons de choisir des casques blancs.

L’emplacement réservé pour le logo ne peut pas excéder les dimensions indiquées sur les schémas ci-dessous :

personnalisation-logo-2

Retrouvez tous les casques de chantier sur notre boutique : casque de chantier

Pour une demande de personnalisation de casque, vous pouvez le faire ici pour une quantité minimum de 40 pour une couleur : casque de chantier avec logo

Normes : protecteurs anti bruit

Les méfaits du bruit dans notre vie quotidienne, privée ou professionnelle, sont trop souvent méconnus et négligés.
Pourtant les conséquences peuvent être graves et irréversibles.
Afin de pouvoir y remédier il est indispensable de connaître le danger, les risques encourus et les mesures à prendre en matière d’isolation du bruit et des équipements nécessaires afin de se protéger.
Qu’est ce que le bruit ? Ses conséquences ?

Le bruit est une vibration (onde) dans un milieu ambiant (de l’air par exemple) plus ou moins aigu ou grave (fréquence,
exprimé en Hertz).

On distingue différentes caractéristiques de ces ondes :

1/ Leur fréquence (c’est à dire le nombre de vibration par seconde que l’on exprime en Hertz – Hz = 1 vibration par
seconde). Les sons aigus ont une fréquence haute, les sons graves ont une fréquence basse.

2/ L’intensité du son est exprimée en décibel (dB)

NORMES

EN352-1
Protecteurs individuels contre le bruit. Exigences générales.
Partie 1 : serre-tête
Cette norme spécifie les exigences en matière de construction, de conception, de performances et de marquage des serre-tête ainsi que les informations destinées à l’utilisateur. Elle prescrit en particulier l’affaiblissement acoustique des serre-tête, mesuré conformément à l’EN 24869-1. Cette norme ne traite pas des coquilles destinées à être montées sur un casque de sécurité industriel ou intégrées à un casque.

EN352-2
Protecteurs individuels contre le bruit. Exigences générales.
Partie 2 : bouchons d’oreille.
Cette norme établit les exigences en matière de construction, de conception, de performances et de marquage des bouchons d’oreille ainsi que les informations destinées à l’utilisateur. Elle impose en particulier une déclaration de l’affaiblissement acoustique des bouchons d’oreille, mesuré conformément à l’EN 24869-1.

EN352-3
Protecteurs contre le bruit ; exigences de sécurité et essais.
Partie 3 : serre-tête monté sur casque de protection pour l’industrie.
Cette norme spécifie les exigences en matière de construction, de conception, de performances et de marquage des serretête montés sur casque de sécurité industriel conforme à l’EN 397 ainsi que les informations destinées à l’utilisateur. Elle prescrit en particulier une déclaration de l’affaiblissement acoustique des serre-tête montés sur casque, mesuré conformément à l’EN 24869-1. Du fait qu’un même modèle de serre-tête peut être monté sur différents modèles ou tailles de casques de sécurité industrielle, la présente partie de la norme définit une série d’exigences physiques et acoustiques en fonction du modèle ou de la taille de casque sur lequel le serre-tête est monté. Les exigences s’appliquent en totalité à la combinaison de base, c’est-à-dire aux serre-tête montés sur l’un des modèles ou l’une des tailles de casque spécifiées, et en partie seulement à la combinaison supplémentaire, c’est-à-dire aux serre-tête du même modèle mais montés sur des casques de modèle ou de taille autre que ceux qui sont spécifiés. Il est exigé de mettre à disposition les informations sur la gamme de casques testés avec les serre-tête, et dont les combinaisons satisfont à la présente norme.

EN352-4 (A1)
Protecteurs individuels contre le bruit – Exigences de sécurité et essais
Partie 4 : serre-tête à atténuation dépendante du niveau.
Cette norme européenne est applicable aux serre-tête à atténuation dépendante du niveau. Elle spécifie les exigences en matière de construction, de conception, de performances, de méthodes d’essai et de marquage ainsi que les informations destinées à l’utilisateur pour ce qui concerne l’incorporation du dispositif d’atténuation dépendante du niveau.

PR EN352-8
Protecteurs individuels contre le bruit – Exigences de sécurité et essais
Partie 8 : serre-tête audio de divertissement.
Cette norme spécifie les exigences en matière de construction, de conception, de performances, les méthodes d’essai et les exigences de marquage ainsi que les informations destinées à l’utilisateur relatives à l’apport du dispositif électro-acoustique de divertissement(à consulter également les normes EN458, EN13819…)

La réglementation en la matière a évolué
avec la transcription de la directive
européenne 2003/10/CE par le décret
n° 2006-892 du 19 juillet 2006.

Depuis 2006, les seuils d’exposition
ont été abaissés. Le premier seuil
d’exposition à partir duquel une action
est requise est de 80dB(A)
pour 8 heures. Durées d’exposition quotidienne au bruit nécessitant une action

Niveau sonore en dB(A) Durée d’exposition maximale
80 8h
83 4h
86 2h
89 1h
92 30min
95 15min
98 7.5min
Etre exposé 8 heures à 80 dB(A) est exactement aussi dangereux
que d’être exposé 1 heure à 89 dB(A) !
Plus d’informations :

source : singer.fr

Besoin de protection anti-bruit ? Vous trouverez toutes vos protections anti-bruit sur notre site : http://www.clicepi.fr/61-protection-auditive

Les lunettes de protection

La norme générale concernant les lunettes de protection est la norme EN166(Protection Individuelle de l’oeil, spécifications).

Cette norme spécifie, entre autres, le marquage obligatoire des branches (ou masque pour les lunettes-masques) et des oculaires.
Cette norme (avec l’EN168) spécifie également les tests de la résistance mécanique des équipements.
lunettes
NORMES DESIGNATION
EN165 Protection individuelle de l’oeil, vocabulaire.
EN166 Protection Individuelle de l’oeil, spécification.
EN167 Protection individuelle de l’oeil ; méthodes d’essais optiques.
EN168 Protection individuelle de l’oeil ; méthodes d’essais autres qu’optiques.
EN169 Protection individuelle de l’oeil ; filtres pour le soudage et les techniques connexes.
EN170 Protection individuelle de l’oeil ; filtres pour l’ultra-violet.
EN171 Protection individuelle de l’oeil; filtres pour l’infrarouge.
EN172 Protection individuelle de l’oeil; filtres de protection solaire pour usage industriel.
EN172 A1 Protection individuelle de l’oeil; filtres de protection solaire pour usage industriel.
Amendement A1.
EN172 A2 Protection individuelle de l’oeil; filtres de protection solaire pour usage industriel .
Amendement A2.
EN175 Equipement de protection des yeux et du visage pour le soudage et les techniques connexes.
EN ISO12312-1
Protection des yeux et du visage – Lunettes de soleil et articles de lunetterie associés – Partie 1. lunettes de soleil pour usage général. (remplace l’ancienne norme EN1836).

sans-titre-1

Symbole de la résistance mécanique
symbole Exigence relative à la résistance mécanique (vidéo)
Pas de symbole Solidité minimale
S Solidité renforcée
F Impact à faible énergie
B Impact à moyenne énergie
A Impact à haute énergie
EN166 2001

Classe optique
Classe optique 1= Travaux continus (meilleure qualité)
Classe optique 2 = Travaux intermittents
Classe optique 3 = Travaux occasionnels uniquement (qualité la plus basse)

Symbole des domaines d’utilisation
symbole Description du domaine d’utilisation
Pas de symbole Usage général
3 Liquides
4 Grosses particules de poussière
5 Gaz et fines particules de poussière
8 Arc électrique de court-circuit
9 Métal fondu et solides chauds

Le symbole T est utilisé conjointement soit avec F, B ou A pour indiquer que le protecteur de l’oeil est conforme à la classification des particules lancées à grande vitesse à des températures extrêmes.

EN170 N° D’ECHELON 2-1,2 – 2-1,7

Couleur :
transparent, bleu, jaune ou vert.
Perception des couleurs :
peut être altérée, sauf marquée « 2C-classe de protection ».
Applications spécifiques :
A utiliser avec des sources qui émettent un rayonnement ultraviolet prédominant aux
longueurs d’ondes < 313 nm et lorsque l’éblouissement n’est pas un facteur important. Cela s’applique aux rayonnements U.V.C et à la plus grande partie des U.V.B (b). Sources spécifiques (a) :
Lampes à vapeurs de mercure à basse pression, telles que celles utilisées pour stimuler la fluorescence ou les «lumières
noires», les lampes actiniques et germicides.
(a) les exemples sont donnés comme guide général.
(b) les longueurs d’onde de ces zones correspondent à celles recommandées par la CIE.
(c’est-à-dire, UVB : 280 nm à 315 nm – UVC : 100 nm à 280 nm)

EN172 N° D’ECHELON 5-2

Couleur : fumé.
utilisation :
Comme filtre universel recommandé pour le plus de situations.
Désignation (1) :
Moyen.
(1) La désignation ne correspond pas à une traduction littérale dans les différentes éditions linguistiques de la présente
norme européenne, du fait que les filtres sont considérés plus ou moins sombres suivant les intensités d’éclairage usuelles
rencontrées dans les pays concernés.

EN172 N° D’ECHELON 5.3-1

Couleur : fumé
utilisation :
Dans les régions tropicales ou subtropicales pour l’observation du ciel, en haute montagne pour les surfaces neigeuses, les
plans d’eau et de sable, les carrières de chaux et de craie.
Désignation (1) :
Très foncé
(1) La désignation ne correspond pas à une traduction littérale dans les différentes éditions linguistiques de la présente
norme européenne, du fait que les filtres sont considérés plus ou moins sombres suivant les intensités d’éclairage usuelles
rencontrées dans les pays concernés.
secureva_rayonnements_francais_1
Le marquage des oculaires devra contenir l’information technique appropriée présentée comme suit :
• Numéro d’échelon • Identification du fabricant • Classe optique • Symbole de résistance mécanique (s’il y a lieu) (symbole FT ou BT)
• Symbole de résistance à l’arc électrique de court-circuit (s’il y a lieu) (symbole 8)
• Symbole de non-adhérence du métal fondu et de la résistance à la pénétration des solides chauds (s’il y a lieu) (symbole 9)
• Symbole de résistance à la détérioration des surfaces par les fines particules (s’il y a lieu) (symbole K)
• Symbole de la résistance à la buée………..N (s’il y a lieu)
• Symbole de facteur de réflexion renforcée (s’il y a lieu) (symbole R)
• Symbole d’oculaire d’origine ou de remplacement (facultatif) (symbole O ou )
• En outre l’oculaire peut comporter une marque de certification et un repère pour faciliter le montage correct d’oculaires feuilletés

Le marquage de la monture devra contenir l’information technique appropriée présentée comme suit :
• Identification du fabricant • Numéro de la présente norme européenne = EN166 • Domaine(s) d’utilisation (s’il y a lieu)
• Symbole de solidité renforcée/ résistance aux particules lancées à grande vitesse/ Températures extrêmes (s’il y a lieu)
• Symbole indiquant que le protecteur est conçu pour une petite tête (s’il y a lieu) (symbole H)
• Numéro d’échelon d’oculaire le plus élevé avec la monture (s’il y a lieu)
En outre le marquage des montures peut comporter une marque de certification.

Source : www.singer.fr

Besoin de lunette de protection ? Visitez notre boutique : protection des yeux

Blouse de chimie blanche 100% coton :

Les blouses blanches de chimie pour la rentrée, c’est par ici :

http://www.clicepi.fr/blouses-de-travail-homme/997-blouse-de-travail-mixte-100-coton-270-gm2.html#/couleur-blanc

Blouse 100% coton !

blouse-de-travail-mixte-100-coton-270-gm2

Quelques définitions techniques des gants de travail :

download_image (4)

MAILLE CUEILLIE : Tricot trame formé par le bouclage d’un seul fil sur toutes les aiguilles d’une même rangée. Se détricote facilement. Métier circulaire et tricoteuse.

MOLLETON : Tissu épais et moelleux, gratté sur les deux faces.

PEIGNE : Se dit d’un fil obtenu à partir de fibres longues ayant subi l’opération du peignage.
Seules certaines matières naturelles (coton, laine, lin, chanvre, ramie) sont susceptibles d’être peignées et, parmi elles, seules celles possédant des fibres longues car le peignage élimine les fibres courtes. Les fils peignés sont plus réguliers, plus lisses et plus résistants que les fils provenant de matières.

PVC : Polymère thermoplastique de synthèse.

SERGE : L’armure sergé est caractérisée par la formation de côtes et sillons obliques par rapport aux lisières.

STABILITE DIMENSIONNELLE : Propriété d’une étoffe dont les dimensions ne varieront pas dans des conditions normales d’utilisation.

TISSE : Est tissée toute étoffe obtenue par entrecroisement de fils de chaîne et de trame, et réalisée sur métier ou machine à tisser.

TRICOT : Nom générique des étoffes formées de mailles ou de boucles entrelacées.
Réalisés au moyen d’aiguilles ou de crochets, les tricots sont extensibles : cette propriété leur permet d’épouser les formes les plus diverses (celles du corps humain par exemple). Ils peuvent être faits en toutes matières textiles, employées pures ou mélangées.
La variété des mailles d’une part, la combinaison de mailles différentes dans un même article d’autre part, permettent d’obtenir des étoffes d’aspects très variés.
On peut classer les tricots en deux grandes catégories :
1) Les tricots à mailles cueillies comprenant les tricots base côte, base interlock, base jersey et les tricots à mailles retournées. Tricot trame est synonyme de tricot à mailles cueillies.
2) Les tricots à mailles jetées.
Du point de vue de leur fabrication, les tricots sont réalisés sur deux types de métier : les métiers chaîne et les métiers tubulaires.

VANISAGE : Procédé de tricotage consistant à obtenir 2 faces de tissu différentes, chacune avec un type de fil. Permet ainsi de cumuler 2 bénéfices : confort et résistance par exemple.

VULCANISATION : Procédé chimique de liaison des molécules d’élastomères le plus souvent sous l’action du souffre, de l’oxyde de zinc, d’accélérateurs sélectionnés et de la température qui exalte les propriétés chimiques et mécaniques.

ARMURE : Mode d’entrecroisement des fils de chaîne et de trame donnant un aspect (toile, satin, etc.) ou formant un dessin visible sur la surface du tissu.
En tricotage, le mode d’entrelacement des mailles est appelé « liage « .
L’armure est indépendante du nombre de fils en chaîne et en trame, ainsi que de la grosseur des fils employés.

BIAIS (tissu en) : Un tissu est dit en biais quand il a été coupé sous un angle approprié, généralement de 45°.
Emplois : bandes ou rubans devant s’adapter à des formes arrondies (bordure d’un poignet, ceinture intérieure de pantalon, passepoil).

BLANCHIMENT: Traitement chimique visant à éliminer les impuretés colorées brunâtres des fibres naturelles, surtout du coton, lin, jute, laine.

BORD-CÔTE : Bande souple et élastique en tricot à côtes terminant l’encolure, les manches, les jambes, le bas de certains vêtements. Destinée à resserrer poignets, ceinture, col.
–  » à bord-côte tenant  » se dit d’un bord-côte tricoté en même temps que le panneau principal.
–  » à bord-côte rapporté  » quand il a été tricoté séparément puis cousu.

BROKEN TWILL : Armure sergée croisée.

CROISE : L’armure croisée donne un effet de côtes obliques inclinées d’une lisière à l’autre, côtes et intervalles étant de largeur égale.

DENIER : Mesure d’usage de la grosseur d’un fil correspondant au poids ou masse en grammes de 9000 mètres de fil. Mesure encore utilisée pour la soie et certaines fibres synthétiques.

ELASTOMERE : Matériau possédant une mémoire qui lui permet de recouvrer sa forme et ses dimensions après des déformations importantes et prolongées.

GRATTE : Etoffe dont l’une des faces ou les deux faces présentent un aspect poilu obtenu par l’opération du grattage.
L’opération consiste à faire passer l’étoffe sur un tambour rotatif muni de chardons métalliques (à l’origine naturels). Le poil du tissu est  » arraché  » plus ou moins fortement selon le nombre de passages. Ce traitement confère du couvrant et de la douceur à l’article, le rend plus chaud et plus gonflant, mais lui retire de la solidité.

INTERLOCK : Liage (armure) de base en tricotage à mailles cueillies dont les colonnes de chacune des faces sont disposées de telle sorte que chacune des faces, qui sont identiques, présente des colonnes de mailles d’endroit.
Apparemment l’interlock ressemble à un tricot 1 et 1 mais en diffère par une plus grande densité de mailles. L’interlock a une bonne élasticité dans la longueur, et, par rapport à un tricot à côte 1 et 1, une meilleure stabilité dimensionnelle, en particulier sur les bords de la pièce coupée.

JAUGE : En tricotage, unité de mesure correspondant au nombre d’aiguilles dans un pouce de fonture.
Pouce = inch = 2,54 cm.
Fonture : pièce supportant les aiguilles à tricoter.
Le nombre des aiguilles dans un pouce est déterminant quant à l’espace existant entre deux aiguilles et, par voie de conséquence, la grosseur du fil à tricoter. Il y a ainsi une relation directe entre le N° de la jauge et la finesse du tricot. Plus une jauge est importante, plus le tricot est fin.
Exemple : un gant de jauge 7 sera fait sur métier à tricoter de jauge 7 (7 aiguilles par inch = 7 mailles dans une largeur de 2,54 cm).

JERSEY : Tricot à mailles cueillies constitué sur une face de mailles d’endroit, et sur l’autre de mailles envers.

 

Retrouvez tous nos gants de travail sur notre site ClicEpi.fr : gants de protection

Existe-t-il des protections spécifiques à l’amiante ?

combinaison-non-tissee-avec-capuche-usage-unique-dt1150Oui. Clic EPI vous propose des kits de protection individuelle pour l’amiante, prêts à l’emploi et complets, répondant aux différents besoins de protection en fonction du degré de risque et du type d’intervention : des travaux très brefs avec ou sans projection de poussière jusqu’aux travaux de durée moyenne sur des matériaux contenant de l’amiante.

Pourquoi une protection individuelle contre l’amiante ?
Respirer des poussières d’amiante expose l’homme à de graves maladies pulmonaires et à des cancers, qui souvent se déclarent très longtemps après l’exposition à ces poussières.
Le niveau de concentration des fibres d’amiante dans l’air qui entraîne ces affections est facilement atteint lors d’usinage, de chocs, de vibrations et de frottements car les filaments constituant les fibres d’amiante peuvent se détacher et former un nuage de poussière.
La poussière d’amiante est invisible à l’oeil nu et se dépose partout.

Qui doit se protéger ?
Les spécialistes du déflocage de l’amiante et les professionnels du bâtiment, les spécialistes du nettoyage industriel et de la maintenance industrielle lors d’intervention ponctuelle dans un milieu amianté s’il y a risque de libération de fibres : maçons, couvreurs, plâtriers, menuisiers, plombiers, chauffagistes, serruriers, électriciens, peintres, monteurs, thermiciens, câbleurs, chaudronniers, tuyauteurs, etc…

Qu’est-ce qu’un système d’arrêt des chutes ?

C’est un équipement destiné à assujettir une personne à un point d’ancrage de façon à prévenir toute chute de hauteur ou à l’arrêter dans des conditions de sécurité.

ELEMENTS D’UN SYSTEME ANTICHUTE

1. La préhension du corps
– Harnais d’antichute
– Harnais gilet d’antichute
– Combinaison harnais gilet d’antichute

download_image (2)download_imagedownload_image (1)

 

2. L’antichute

– Antichutes sur support d’assurage
– Absorbeurs d’énergie – Antichutes à rappel automatique

download_image (3)download_image (4)download_image (5)

3. La liaison

 Connecteurs (mousquetons, crochets …)

download_image (7)

download_image (6)

 

 

 

Retrouvez tous vos équipements antichute sur notre site : antichute

Les différents types d’antichutes :

Il existe 3 familles d’antichute :

                             1. Les antichutes à rappel automatique dit enrouleur

download_image (7)download_image (5)download_image (6)

Ce sont des appareils avec une fonction de blocage automatique et un système de tension et de rappel de la longe.

La longe peut être un câble, une sangle ou une corde de longueur différente suivant l’utilisation

 

                              2Les antichutes mobiles sur support d’assurage et coulissant

 

download_image (9)download_image (10)download_image (8)

Appareil avec une fonction de blocage automatique et un système de guidage(support d’assurage).

L’antichute mobile se déplace le long d’un support d’assurage, accompagne l’utilisateur dans ses déplacements verticaux sans intervention manuelle de sa part. Il se bloque automatiquement en cas de chute. Le support d’assurage peut être, une corde, un câble ou un rail. Il existe deux catégories :

– rigide    (EN353-1)                                    – flexible (EN353-2)

 

                              3.  Les absorbeurs d’énergie

download_image (11)

download_image (12)Longe comprenant un élément dissipateur d’énergie, qui garantie l’arrêt d’une chute de hauteur en toute sécurité dans les conditions normales d’utilisation.

Une longe peut être en corde en fibres synthétiques, en câble métallique, en sangle ou en chaîne.

Quand l’absorbeur d’énergie est intégré à une longe, la longueur de l’ensemble ne doit pas être supérieure à 2 mètres.

Retrouvez tous les protections antichutes sur ClicEpi.fr : protection antichute

Comment mieux vous protéger des risques chimiques ?

gant1

 

Lavez-vous les mains
et séchez-les avant de mettre vos gants

 

gant2

 

Selon la durée d’utilisation,
utilisez plusieurs paires de gants en alternance pour respecter les temps de perméation et limiter les effets de leur dégradation.

 

gant4

 

Retournez le bord de votre manchette
vous éviterez les écoulements sur le bras.

 

gant4

 

 Vérifiez vos gants
pendant votre travail

 

gant5

 

Nettoyez vos gants avant de les retirer
suivant les instructions de la notice d’utilisation

 

gant6

 

Retirez vos gants
sans en toucher la face externe.

 

gant7

Vérifiez vos gants avant toute réutilisation
Assurez-vous que vos gants sont secs à l’intérieur comme à l’extérieur et qu’ils ne présentent aucune dégradation (craquelures, déchirures, ramollissement anormal…)

Retrouvez tous nos gants de travail sur notre site ClicEpi.fr : Gants de protection

Descriptif d’un harnais :

description harnais 1

description harnais 2

1 : Bretelle (sangle principale)
2 : Bavaroise (sangle secondaire)
3 : Sangle sous-fessière
4 : Cuissard (sangle principale)

5 : Dosseret pour maintien au travail
6 : Élément de réglage
7 : Élément d’accrochage
8 : Boucle
9 : Marquage

Retrouvez tous nos harnais et gilets antichute sur notre site web : harnais antichute

Blog de ClicEpi.fr